La Commission Juncker prend ses fonctions

Après plusieurs semaines d’auditions des commissaires candidats et d’aménagements des portefeuilles, la Commission Juncker a finalement réussi à respecter son calendrier et entrera en fonction le 1er novembre 2014. Adoubé ce 22 octobre à 423 voix (sur 699 votants) par le Parlement européen, puis dans un second temps par le Conseil, le collège de commissaires de Jean-Claude Juncker, que ce dernier définit comme étant « la Commission de la dernière chance »,  a cinq ans pour réconcilier les citoyens avec l’Union européenne.

 commjunk2

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Jean-Claude Juncker et la formation de son collège de commissaires. Celui-ci a toutefois fini par recevoir l’approbation du Parlement européen, permettant à la nouvelle Commission de prendre ses fonctions au 1er novembre, et cela jusqu’au 31 octobre 2019.  

Avec 423 voix pour (209 contre et 67 abstentions), la Commission Juncker fait moins bien que les 488 voix de la précédente Commission Barroso, mais réalise tout de même un résultat « excellent », de l’avis du Président du Parlement européen, Martin Schultz. Si Jean-Claude Juncker a en effet pu compter sur l’essentiel des voix de la « coalition » composée des deux principaux partis au Parlement, les conservateurs du PPE et les socialistes du S&D, ainsi que sur les libéraux (ADLE), certains « frondeurs » se sont toutefois abstenus de suivre leur groupe (3 PPE, 6 libéraux et 32 socialistes, principalement espagnols et portugais). Les autres partis ont majoritairement voté contre ou se sont abstenus.

 

 

Un candidat remplacé, des portefeuilles réajustés

 

Depuis le premier